A long time ago…

Amis rôlistes, bonjour!

Suite à un commentaire, je me suis dit qu’il était dommage de laisser ce blog à l’abandon, je vais donc essayer dans un premier temps de le (re)mettre à jour et peut-être que ce sera l’occasion d’ensuite relancer la machine…

 

Kahl is back!

 

 

Warhammer – L’Ennemi Intérieur – 27e et dernière séance : l’Empire en flammes

Je retrouve mes acolytes au palais du Tsar de Kislev, mais perd Elke Külnar, qui préfère retrouver confiance en elle en se plaçant au service direct de son culte. Vladimir Lapkov parvient à convaincre son épouse de voyager avec nous jusque Middenheim. Le voyage se déroule sans encombre. Arrivés dans la Cité du Loup Blanc, nous nous rendons directement au palais, où nous apprenons que le Graf Boris et son fils Heinrich, ainsi que le Seigneur des Lois Ehrlich, sont partis, entourés d’un détachement de chevaliers panthères, à Altdorf où les Comtes Électeurs ont été convoqués. Ehrlich nous a d’ailleurs laissé une missive nous enjoignant de nous rendre aussi rapidement que possible dans la capitale impériale pour nous joindre à la suite du Graf.

En route, nous faisons la connaissance d’un répurgateur, Théophilius Habermas, alors qu’il purifie par le feu une sorcière, mais alors que celle-ci se meurt dans les flammes, une démonette déchire son corps calciné et attaque ! Le répurgateur, visiblement éprouvé, ne peut que nous remercier, mais ne semble pas tout à fait sain d’esprit. Plus loin, nous croisons un détachement du Talabecland, au repos dans une clairière, mais nous ne nous arrêtons pas. Arrivés à Altdorf, nous entendons la rumeur selon laquelle l’Empereur aurait été tué ! Rumeur malheureusement confirmée une fois arrivés à l’Impérial, l’auberge louée par la délégation de Middenheim. Nous y sommes reçus par le grand prêtre Ar-Ulric. Celui-ci nous dit compter sur notre présence pour protéger le Graf.

Il nous raconte que Karl-Franz premier a été tué le matin même, au Volkshalle, en pleine séance, par l’un de ses gardes. Avant d’être abattu à son tour, son assassin a proféré des propos condamnant les adorateurs de mutants et louant le Loup ! Une grossière tentative de faire porter le chapeau aux ulricains, selon vous. Plus tard dans la journée, nous surprenons d’ailleurs une campagne d’affichage destinée à monter les citadins contre les adorateurs du Loup Blanc, et nous y mettons un terme. Nous aidons également un scribe de la délégation d’Emmanuelle Von Liebewitz, comtesse de Nuln et Électrice impériale. Après avoir trop bu, Pieter Grunnenthal nous indique que Heinrich Todbringer et la jeune Emmanuelle auraient une liaison.

Le lendemain, nous devons  accompagner le Graf au Volkshalle pour assurer sa protection. Yorri, le Grand Théogone de Sigmar, préside la séance. Il s’agit d’élire le nouvel Empereur. Wolfgang, le fils légitime du défunt Karl-Franz, est seul candidat, mais il lui faut tout de même totaliser assez de voix pour être élu. La rumeur, vous vous en souvenez, fait de lui un mutant enfermé au château Gardereik. Mais Wolfgang se présente, plutôt bien de sa personne, et s’installe sur le trône vacant. Le vote commence. Les premiers votes sont tous en faveur du fils légitime, mais vient alors le tour du Graf Boris. Celui-ci vote contre. Fou de colère, Wolfgang perd alors toute retenue. Tentant de se dégager, le Graf gifle maladroitement l’héritier et celui-ci se transforme alors devant une assistance médusée en un mutant ! Il tue le Graf d’un coup de bras, puis s’en prend à moi, Bel Caradris, le plus prompt à réagir. Mais je l’abat d’un seul magistral coup d’ épée. Le chaos s’empare du Volkshalle et les chevaliers de chaque camp se toisent ou se battent. Le corps du Graf est emmené par ses protecteurs et conduit à l’Impérial où clercs, médecins et Ar-Ulric en personne tentent de le sauver. En vain.

Après quelques heures où monte l’inquiétude, nous sommes convoqués par Ar-Ulric. Celui-ci nous présente Kaslain, l’Archi-Lector de Nuln (lié au culte de Sigmar et ayant voté en faveur de Wolfgang). Tous deux, sous l’ordre du défunt Graf, ont échafaudé un plan parmi d’autres pistes. Si un groupe de héros parvenait à ramener dans l’Empire le symbole de son unité, le marteau de Sigmar, Ghal-Marraz, le peuple si divisé en ce moment pourrait à nouveau s’unir sous la bannière du héros divin de l’Empire. Je décline pour ma part cette quête et donc  de ne partir à sa recherche. La légende prétend que le dernier endroit connu par où serait passé Sigmar, de son vivant, serait un oratoire nain situé dans les Montagnes Noires, par la Passe du Feu Noir. Au port, nous rencontrons Joseph Quartijn et Walken Schulz, et après avoir fait mes adieux à mes compagnons, et surtout lassé de parcourir l’empire,  je reprends seul, à nouveau, la longue et périlleuse route qui me ramènera à la maison auprès des miens, à Tor Yvresse… mais c’est une toute autre histoire…

Elke, Vladimir, Otto, Walken, Godefroid,  je ne vous oublierez jamais…

Et merci à Genseric, notre meujeu pendant c’est quelques années de maîtrise !

Warhammer – 26e séance : Il y a quelque chose de pourri à Kislev

Résumé aimablement fourni par le MJ, Genseric.

Dégoûté par la présence massive de zombies qu’il ne peut occire, l’elfe Bel Caradris n’en peut plus et décide de rentrer prématurément à Kislev. Il vous faut pourtant pousser plus avant vos investigations sur le temple des Anciens Alliés. Conscients d’être la cible de tous les regards en tant que chevaliers au service du Tsar, vous décidez de mettre en scène votre départ, afin entre autres de récupérer vos armes. Avant toutes choses, vous décidez d’aller prévenir Alexis II de la mort (et du retour sous la forme d’un zombie) de son fils Alexis III. Celui-ci semble accuser la nouvelle, mais ne réagit pas officiellement. Une fois sortis, vous vous demandez comment entrer à nouveau sans attirer l’attention, mais la solution vient à vous sous la forme d’un livreur de cognac. Vous négociez un bon prix pour votre passage et la perte du contenu de deux tonneaux. Vladimir, grâce à l’un des pouvoirs de son manteau, peut se faire passer pour un zombie et Godefroy se fait passer pour un assistant du livreur.

Vous réussissez ainsi à tromper la garde puis les tenancières de l’auberge pour vous retrouver, finalement, devant le temple, le soir venu. Grâce à la carte de Julius Olvaga, vous trouvez le passage secret qui mène à l’intérieur. Là, vous surprenez Leonid Barismann, le grand prêtre du culte des Anciens Alliés et vous l’égorgez sans vous faire remarquer. En fouillant la bibliothèque, vous comprenez que les Anciens Alliés sont en réalité deux divinités mineures du Chaos, Zuvassyn et Necoho. L’un prône la trahison et a été mis au ban des autres dieux du Chaos, tandis que Necoho est une sorte d’anti-dieu, prônant la fin de la foi et le déclin des religions. Curieuse alliance. Mais vous poursuivez vos recherches et trouvez une trappe menant aux sous-sol. Selon Barismann, c’est là que résiderait Sulring Durgul. En bas, d’étranges catacombes semblent abriter la réserve de cadavres du nécromant : des corps emmaillotés gisent à certains endroits. Vous écartez facilement quelques menaces et rencontrez successivement un répurgateur ignorant son statut de zombie, décomposé en quittant la pièce où il était enfermé, un alchimiste original et Alexis III, devenu un puissant zombie. Le combat contre ce dernier a coûté cher à certains d’entre vous, mais vous en avez finalement triomphé.

Vous finissez par arriver dans les appartements de Sulring Durgul, mais alors que vous détruisez son bureau démoniaque, la magicienne elfe apparaît derrière vous, très sûre d’elle. Une conversation étrange s’engage, car vous sentez la puissance qui émane de cette femme. Elle démontre d’ailleurs l’étendue de ses pouvoirs envers Elke, très ébranlée par cette expérience. Vous convenez de supplier le Tsar de la laisser tranquille en échange de vos vies, après quoi elle vous laisse repartir… Sur le chemin du retour, Elke, en qui s’est immiscé le doute, tente de contacter Shallya, mais ne réussit qu’à perdre sa grâce divine pour une courte période. De retour à Kislev, le petit groupe est introduit auprès du Tsar, accompagné cette fois par un répurgateur du nom d’Andersen. L’histoire racontée par les personnages ne plait apparemment pas trop au souverain du Kislev, ni à son invité sigmarite. Après des entretiens individuels avec Andersen, les personnages sont congédiés par le Tsar et priés de retourner auprès du Graf, à Middenheim…

 

Kuro Tensai – Résumés des épisodes(avant le grand final du 4/3/12)

Résumé par Yui Saeki ( Yuko des Forgeurs de Rêves)
« Les deux empereurs vont mourir » et « Shin-Edo sera bientôt détruite », telles ont été les prédictions qu’a faites un des valeureux gosses devenu catatonique depuis que nous avons essayé d’en faire un keshin.
Très vite, nous avons fait le lien avec le prochain couronnement du fils de l’empereur qui est censé avoir lieu dans une semaine.
Soupçonnant le nouveau Komeito de ne pas y être étranger, nous avons décidé d’enquêter sur le parti politique dont nous avions obtenu les noms de 20 membres lors de la libération du clone d’Iwasaki Kengo du laboratoire n°4.
Pour se faire, nous avons décidé de nous adresser à l’esprit du réseau de Shin-Edo qui, après avoir eu l’attention attirée par nos requêtes sur une partie bien précise du réseau, nous a donné rdv dans un parc d’attraction délabré ayant pour thème le shintoïsme.
C’est en « s’incarnant » dans une vieille machine à sous censée prédire l’avenir à qui avait 100 yens en poche que l’esprit a pu communiquer avec nous. Nous lui avons soumis la liste des 20 membres du parti et lui avons demandé d’analyser leurs échanges via e-mail. En lui demandant de porter l’attention sur une série de critères (tels que cercle de destruction, les noms du Shuten Doji, d’Iwasagi Kengo, du Kagemusha, d’Amaterasu – Ujigami de l’empereur -, de kusanagi – l’épée mythique d’Amaterasu, aux dernières nouvelles, perdue en pleine mer et qui fait partie d’une série de 3 reliques comprenant un miroir – , etc.), nous arrivons à isoler 5 noms. Parmi eux, le chef du parti – Abe Komenoin -, le chef de la Diet, deux ministres influents ainsi que le directeur des archives du gouvernement.
Nous arrivons à recueillir quelques mails, fruits de leurs échanges. Parmi ceux-ci, nous trouvons les infos suivantes :
– On est sans nouvelles de Susano-o, le frère d’Amaterasu qui était censé garder la Magagoto, qui, on le sait est bien en visite sous nos latitudes ; – « Le Kagemusha a-t-il des doutes ? » Ce qui nous fait comprendre qu’il est avec eux ; – Le nom de Takeshi Kuroda est présent dans les échanges de mail.
Parallèlement à cela, nous nous souvenons que plusieurs livres sur Amaterasu, son frère Susano-o et l’épée ont été écrits et pourraient renfermer des informations précieuses. Un des auteurs de ces livres n’est autre qu’Abe No Seimei.
Nous décidons d’axer nos recherches sur l’archiviste. Celui-ci se fait accompagner d’un keshin, qui forcément est fortement souillé. Grâce à nos contacts dans la police, nous arrivons à prétexter une convocation dudit keshin pour lui parler seuls à seul.
Il travaillait avec Oda Nobunaga mais les infos que nous avons été contraints de lâcher au kagemusha les ont fait tomber dans une embuscade. Ils sont maintenant entre les mains du nouveau komeito. Il nous informe que leur but est de tuer le Magagoto et ce sans craindre de s’associer à des onis et des généraux. Pour se faire, le nouveau komeito a été jusqu’à investir 2% du budget national en fouilles archéologiques pour retrouver l’épée qui pourra tuer le Magagoto. Ils envisagent de faire appel à Oda Nobunaga et d’attirer l’ennemi en prenant l’empereur pour appât. Notre keshin est malgré sa position convaincu que ce que s’apprête à faire le nouveau komeito est la solution de moindre mal : détruire pour mieux reconstruire en se débarrassant du magagoto qui a la possibilité de renforcer les généraux.
Il nous dit également qu’il serait prêt à collaborer pour tuer le kagemusha, qui contrôle à présent toute la génocratie.

Warhammer 25e séance : Il y a quelque chose de pourri à Kislev

L’intendant Bogdanov nous informe de notre prochaine mission pour le compte du Tsar. Les habitants de la cité de Bolgasgrad, au nord de la capitale, agiraient de façon étrange et suspecte. L’agent de Bokhi sur place, Julius Olvaga, n’a plus donné signe de vie ces dernières semaines et nous somme donc dépêchés sur place avec la double mission de savoir ce qui est arrivé à Olvaga et de tirer au clair les rumeurs de la présence en ville d’un célèbre nécromant du nom de Sulring Durgul. Par ailleurs, nous apprenons la mort d’un précieux conseiller du Tsar, un certain Svetlov, empoisonné à Kislev. Bogdanov nous enjoint également à escorter une caravane de particuliers jusqu’à Baiyn. Nous n’avons pas vraiment le choix, même si cette seconde mission m’ennuie au plus haut point.

Menée par Frica Sendaï, la caravane n’est pas très populeuse. Parmi ses membres, nous notons la présence d’un halfelin restaurateur du nom de Débert Sageon, et un forgeron nain appelé Bjarni Noirmarteau. Nous passons rapidement par le village d’Ardkha mais à Belava, alors que je décide de passer la nuit dans une auberge pour profiter d’un bon bain, Godfroid s’emporte sur Frica Sendaï, entendant un bruit suspect à l’intérieur de son chariot. Pour la calmer, Vladimir se propose de fouiller la voiture malgré le malaise évident de Sendaï. Quelle n’est pas sa surprise de découvrir un assassin caché à l’intérieur… Le combat est rude et le magicien, surpris, subit les évènements tout comme Elke, venue à son secours. Il faut finalement l’intervention d’Otto pour venir à bout du meurtrier. Celui-ci, Drogan Iliev, est en réalité l’assassin du noble Svetlov et comptait sortir de la zone d’influence de la milice kislévite en empruntant la caravane de Sendaï, membre involontaire de la secte qui a tout orchestré, la Couronne de Jade.
Entre Belava et Vdovya, nous devons passer par-dessus un pont mais je remarque une bande de pillards prêts à bondir depuis le ravin sur la caravane. Le combat tourne rapidement en notre faveur , même si le groupe adverse disposait d’un magicien expérimenté. Elke semble particulièrement éprouvée par cette attaque et semble à présent éprouver un besoin de noyer ses troubles dans l’alcool. Trois hommes, dont le chef de la bande, sont laissés attachés à un arbre non sans avoir révélé leur cachette et cédé leur butin . Notre caravane arrive finalement à Vdovya où elle est accueillie de façon un peu trop joyeuse… Après dissipation du quiproquo, il se révèle que les habitants attendaient une caravane de vivres en provenance de Kislev, mais pas celle de chevaliers. On s’organisent pour aider les villageois comme nous le pouvons, en partageant la nourriture, en laissant un cheval et en prodiguant des soins. Le burgmeister Bismariev indique que Bolgasgrad est une ville maudite où les morts aideraient les vivants à repousser les troupes du chaos…
Arrivés à Baiyn, notre caravane se dissout rapidement, chacun s’étant fixé un but précis sur place. Mes compagnons tentent donc de monnayer leur butin ou, dans le cas d’Otto, d’attirer l’attention des autorités locales sur la détresse des habitants de Vdovya. On prend enfin le chemin de Bolgasgrad et finit par arriver en vue d’une ville étrange. Après un contrôle au poste de garde, certains d’entre nous décident de jouer la carte de la franchise et de se présenter comme des chevaliers au service du Tsar menant une enquête sur d’étranges activités locales. Sans se démonter, la garde accepte de laisser passer les émissaires du Tsar mais désarmés. En ville, Elke est d’emblée saisie par un étrange malaise. Elle apprendra plus tard que l’ancien temple de Shallya, il y a une quinzaine d’années, a été rasé, ses clercs massacrés, par les troupes du Chaos. Une vision divine lui apprendra la chose. Le malaise ne la quittera pas avant d’avoir quitté la cité. Bolgasgrad est vraiment une ville étrange. Ses habitants semblent avoir accepté l’aide de la nécromancienne Sulring Durgul – sous le couvert d’une sorte de secte appelée le Culte des Anciens Alliés – pour les protéger des troupes du chaos. Historiquement, suite à ses nombreuses invasions, la ville a obtenu du Tsar carte blanche pour se protéger. Elle a alors fait appel aux services d’une sombre magie pour lever une armée de morts-vivants qui patrouillent la région et aident les villageois dans leurs tâches quotidiennes. En ville, l’odeur est insupportable, mais chacun semble s’y être habitué.
Après avoir rendu une visite au palais d’Alexis II, gouverneur local, nous nous rendons chez Julius Olvaga pour découvrir un homme agonisant, victime d’une sorte de malédiction. Dans une crise de délire, Olvaga nous fait don  d’une carte du temple des Anciens Alliés, carte marquant une entrée secrète au bâtiment. Erika, la soeur de Julius, indique que Leonid Barismann, prêtre du culte, est passé prendre les courriers reçus par Julius ces derniers temps. Bien que nous nous sentont piégés et impuissants, on décident d’aller rencontrer ce prêtre dans son temple, mais la rencontre demeure cordiale, bien que guindée. Barismann sait qui nous sommes et tente de nous convaincre de rejoindre le culte des Anciens Alliés, sans succès. Sulring Durgul serait absente – car c’est bien une femme, une elfe – mais devrait bientôt rentrer. Alexis III, le véritable prince de Bolgasgrad, se serait suicidé pour mieux servir le temple sous une forme immortelle.
  … Il y a décidément quelque chose de pourri à Kislev…

Retrouvez toutes les chroniques sur le blog du MJ :http://jdra.eklablog.net/

Le jdr se déshabille!

Une fois n’est pas coutume, un peu d’humour dans le titre de mon dernier article! Bref, hier je me suis lancé dans un pari un peu fou, expliquer le jeu de rôle par le biais de la BD. Mais pas une « vrai » BD au  sens Européen mais un format plus souple et moins contraignant: le strip.

Etant très mauvais dessinateur, j’ai donc cherché sur la toile, un site pour me faciliter la tâche…et je suis tombé sur ceci: http://stripgenerator.com/

L’inscription étant faite (et rapide finalement), j’ai scénarisé mon premier strip. En voici le résultat:

Je maîtrise encore assez mal le logiciel mais c’est tout à fait ce que je recherchais. Manque plus que l’inspiration ;D

Et pour en revenir au titre coquin de l’article, sachez, pour rappel pour certains, et veille de St-Valentin, que viens de sortir un petit jdr narratif sur le thème de la séduction :

Romance Erotique

Warhammer 24e séance : Il y a quelque chose de pourri à Kislev

Enfin rejoints par Elke Külnar, retenue pour des raisons religieuses à Middenheim, les chevaliers du Loup Blanc sont rappelés par le Tsar Bokhi. Bogdanov, l’aide de camp du Tsar, leur confie la mission de se rendre à Chernozavtra, une petite bourgade de l’autre côté des collines, sur la Zapadryeka, entre les steppes des cavaliers Dolgans et les marais infestés de terribles créatures du nord. Il leur est demandé de trouver un certain Gurthgano Gourthaud (Commandant du Tertre de la Mort Terrifiante en eltharin – information que j’ai longtemps laissé de côté sans remarquer que ce serais un indice décisif pour la suite… ) et de lui remettre un message concernant Sulring Durgul et Bolgasgrad. Sergei, un Dolgan, leur servira de guide. En cours de route, alors qu’ils traversent les collines, les chevaliers sont attaqués par une bande constituée de gobelins, d’hommes-bêtes et d’un ogre, mais une fois de plus, le groupe fait des prouesses et le petit guide reste abasourdi par une telle démonstration de force, même si la prêtresse de Shallya a failli y laisser une main.

Au bout d’une semaine, le groupe est accueilli par trois gobelins montés sur des loups qui semblent inhabituellement amicaux. Répondant favorablement à leur invitation, les héros de Middenheim se rendent en bordure de la Zapadryeka, en vue des fortifications de Chernozavtra. Là, une situation insolite les attend. Les gobelins sont des soldats de l’armée d’un hobgobelin appelé Habblo. Celui-ci assiège avec une centaine de soldats un groupe de Dolgans, campés sur l’île de la cité. Les Dolgans, eux, semblent avoir voulu assiéger la cité qui, selon les peaux vertes de Habblo, n’est plus habitée que par des « morts qui marchent »… En réalité, Habblo mène une expédition punitive contre les Dolgans, car ceux-ci, fiers et querelleurs, s’en prennent aux caravanes des hobgobelins qui essaient de s’acheter une conduite dans ces régions sauvages en commerçant avec les villages isolés. Historiquement, tous les héros dolgans se sont forgés une solide réputation de tueurs de peaux vertes. Les Dolgans, eux, entendent libérer leur cité d’hiver, tenue par des morts-vivants, mais ont été suivis de près par les soldats de Habblo.

En restant relativement diplomates, les envoyés du Tsar se font conduire dans la tente de Habblo et celui-ci les charge de remettre un message aux Dolgans, leur proposant de les laisser partir en échange de bisons. Les personnages acceptent ce marché et franchissent le gué vers l’île de la cité. Là, les Dolgans se méfient, pensant à une ruse des peaux vertes, mais finissent par accepter la neutralité des chevaliers. Dafa, le chaman dolgan, évoque les morts-vivants de Chernozavtra comme une infection, mais comme il est pris entre les morts et les peaux vertes, la haine du chaman est à géométrie variable ces derniers temps. Ces zombies sont d’un type particulier. Ils ne peuvent être tirés par des cordes, déploient une force incroyable comme s’il pesaient le poids de dizaines d’hommes. Les murailles de la cité sont elles aussi étrangement protégées de symboles spéciaux. Comment Gurthgano Gourthaud pourrait-il se trouver dans une si étrange cité ? A moins qu’il ne s’agisse d’un nécormant ?

N’écoutant que son courage, Vladimir, le magicien, utilise son sort de vol pour se risquer au-dessus de Chernozavtra et lance un appel à Gourthaud. Celui-ci est finalement entendu et une invitation est lancée. Le kislévite accepte d’entrer dans l’une des tours de la cité et est reçu par un nécromant nain. Celui-ci avoue connaître Sulring Durgul, un nécormant puissant et ancien, mais fait promettre à Vladimir, sous peine d’une sinistre malédiction, qu’il n’utilisera pas ses pouvoirs, ses objets magiques et ses conseils contre un nécromant qui n’aurait pas fait la preuve de sa réelle méchanceté. Selon Gourthaud, la nécromancie n’est pas une magie néfaste et est généralement incomprise. Il ne fait de mal à personne et ne cherche qu’à vivre tranquille à Chernozavtra. Il confie donc quelques astuces à l’élémentaliste ainsi que trois objets magiques, puis le renvoie à ses amis. Bien que les Dolgans voient d’un mauvais oeil le temps passé par le magicien à l’intérieur des murs de la cité, le groupe finit par repasser les deux lignes de front et par rentrer à Kislev où leur est évoquée la suite de leur mission : une enquête à Bolgasgrad, une cité au nord de Kislev, souvent victime des troupes du Chaos et désormais aux mains d’une étrange secte appelée les Anciens Alliés.

Suite au prochain épisode…