Warhammer – L’Ennemi Intérieur – 27e et dernière séance : l’Empire en flammes

Je retrouve mes acolytes au palais du Tsar de Kislev, mais perd Elke Külnar, qui préfère retrouver confiance en elle en se plaçant au service direct de son culte. Vladimir Lapkov parvient à convaincre son épouse de voyager avec nous jusque Middenheim. Le voyage se déroule sans encombre. Arrivés dans la Cité du Loup Blanc, nous nous rendons directement au palais, où nous apprenons que le Graf Boris et son fils Heinrich, ainsi que le Seigneur des Lois Ehrlich, sont partis, entourés d’un détachement de chevaliers panthères, à Altdorf où les Comtes Électeurs ont été convoqués. Ehrlich nous a d’ailleurs laissé une missive nous enjoignant de nous rendre aussi rapidement que possible dans la capitale impériale pour nous joindre à la suite du Graf.

En route, nous faisons la connaissance d’un répurgateur, Théophilius Habermas, alors qu’il purifie par le feu une sorcière, mais alors que celle-ci se meurt dans les flammes, une démonette déchire son corps calciné et attaque ! Le répurgateur, visiblement éprouvé, ne peut que nous remercier, mais ne semble pas tout à fait sain d’esprit. Plus loin, nous croisons un détachement du Talabecland, au repos dans une clairière, mais nous ne nous arrêtons pas. Arrivés à Altdorf, nous entendons la rumeur selon laquelle l’Empereur aurait été tué ! Rumeur malheureusement confirmée une fois arrivés à l’Impérial, l’auberge louée par la délégation de Middenheim. Nous y sommes reçus par le grand prêtre Ar-Ulric. Celui-ci nous dit compter sur notre présence pour protéger le Graf.

Il nous raconte que Karl-Franz premier a été tué le matin même, au Volkshalle, en pleine séance, par l’un de ses gardes. Avant d’être abattu à son tour, son assassin a proféré des propos condamnant les adorateurs de mutants et louant le Loup ! Une grossière tentative de faire porter le chapeau aux ulricains, selon vous. Plus tard dans la journée, nous surprenons d’ailleurs une campagne d’affichage destinée à monter les citadins contre les adorateurs du Loup Blanc, et nous y mettons un terme. Nous aidons également un scribe de la délégation d’Emmanuelle Von Liebewitz, comtesse de Nuln et Électrice impériale. Après avoir trop bu, Pieter Grunnenthal nous indique que Heinrich Todbringer et la jeune Emmanuelle auraient une liaison.

Le lendemain, nous devons  accompagner le Graf au Volkshalle pour assurer sa protection. Yorri, le Grand Théogone de Sigmar, préside la séance. Il s’agit d’élire le nouvel Empereur. Wolfgang, le fils légitime du défunt Karl-Franz, est seul candidat, mais il lui faut tout de même totaliser assez de voix pour être élu. La rumeur, vous vous en souvenez, fait de lui un mutant enfermé au château Gardereik. Mais Wolfgang se présente, plutôt bien de sa personne, et s’installe sur le trône vacant. Le vote commence. Les premiers votes sont tous en faveur du fils légitime, mais vient alors le tour du Graf Boris. Celui-ci vote contre. Fou de colère, Wolfgang perd alors toute retenue. Tentant de se dégager, le Graf gifle maladroitement l’héritier et celui-ci se transforme alors devant une assistance médusée en un mutant ! Il tue le Graf d’un coup de bras, puis s’en prend à moi, Bel Caradris, le plus prompt à réagir. Mais je l’abat d’un seul magistral coup d’ épée. Le chaos s’empare du Volkshalle et les chevaliers de chaque camp se toisent ou se battent. Le corps du Graf est emmené par ses protecteurs et conduit à l’Impérial où clercs, médecins et Ar-Ulric en personne tentent de le sauver. En vain.

Après quelques heures où monte l’inquiétude, nous sommes convoqués par Ar-Ulric. Celui-ci nous présente Kaslain, l’Archi-Lector de Nuln (lié au culte de Sigmar et ayant voté en faveur de Wolfgang). Tous deux, sous l’ordre du défunt Graf, ont échafaudé un plan parmi d’autres pistes. Si un groupe de héros parvenait à ramener dans l’Empire le symbole de son unité, le marteau de Sigmar, Ghal-Marraz, le peuple si divisé en ce moment pourrait à nouveau s’unir sous la bannière du héros divin de l’Empire. Je décline pour ma part cette quête et donc  de ne partir à sa recherche. La légende prétend que le dernier endroit connu par où serait passé Sigmar, de son vivant, serait un oratoire nain situé dans les Montagnes Noires, par la Passe du Feu Noir. Au port, nous rencontrons Joseph Quartijn et Walken Schulz, et après avoir fait mes adieux à mes compagnons, et surtout lassé de parcourir l’empire,  je reprends seul, à nouveau, la longue et périlleuse route qui me ramènera à la maison auprès des miens, à Tor Yvresse… mais c’est une toute autre histoire…

Elke, Vladimir, Otto, Walken, Godefroid,  je ne vous oublierez jamais…

Et merci à Genseric, notre meujeu pendant c’est quelques années de maîtrise !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s