Kuro: Yukidomari

Scénario Kuro du 20/08. Participants : Yuko (Saeki Yui), Vincent (Iwazaki Kengo), Frankyshe (Kazuhiro Tanaka), Kahlong (Ayumi Kuroda) et Angelo (Sukeo Kuroshima) – Récit de Sukeo Kuroshima.

Et voilà, je me suis fait virer. J’aurais dû travailler un peu plus … Il n’y a un seul avantage, je vais pouvoir quitter cette ville un moment. Justement, Saeki demande à quelques amis de la liste de l’accompagner à son village natal pour l’enterrement de son père, un moment qui lui semble difficile à affronter toute seule. Iwazaki Kengo, ancien lutteur de sumo, met donc sa voiture à disposition pour se rendre dans ce petit village. Je peux ainsi retrouver Kazuhiro et rencontrer Ayumi Kuroda. Celle-ci ne m’est pas inconnue, j’ai déjà vu cette jeune fille dans diverses revues.
Nous arrivons dans la soirée dans ce petit village terré au milieu des montagnes et loin de tout. Il neige beaucoup ici. A peine avons-nous eu le temps de prendre un verre de saké chez la mère de Saeki, qu’elle nous fait comprendre que nous ne sommes pas les bienvenus. Nous décidons donc de manger au seul petit restaurant du patelin et de laisser la mère et la fille se retrouver. La nourriture était délicieuse, un goût d’Amérique … Un vieux monsieur en béquilles vient nous interrompre, c’est l’adjoint du maire qui voudrait nous rencontrer. Saeki nous rejoint chez lui pour prendre le thé. Nous voici chez un maire fort peu sympathique qui ne nous renseigne pas beaucoup sur la disparition de l’amie de Saeki, ou sur les événements étranges qui ont eu lieu ces derniers jours. Un énorme chien serait apparu et une vieille dame a été retrouvée sans tête, le meurtrier court toujours.
Après avoir passé la nuit dans l’ancienne demeure de Saeki, je ne me sens pas très bien. Le thé n’a pas dû bien passer. Dehors, une grande agitation. L’écrivain américaine a été retrouvée sans sa tête, elle aussi. Kazuhiro, qui s’est réveillé avec une piqûre dans la nuque, en profite pour consulter brièvement le médecin du village. Celle-ci renonce vite à nettoyer la plaie d’où ne cesse de suinter un mélange sang et de pus qui a une odeur infâme. Ensuite, nous partons à la réunion donnée par le maire et l’inspecteur responsable de l’enquête. Je ne suis grand chose de ce qui se passe car je suis alors pris par de violentes envies de vomir. M’étant mis à l’écart, je ne peux que cracher … une énorme araignée velue. Plus tard, ce phénomène répugnant se reproduit. Tout en cachant cela à mes amis, je prends congé pour me reposer chez Saeki. Kazuhiro me rejoint et voit alors cet étrange spectacle. Il inspecte son pansement dans un miroir. Il est devenu noir et une fois retiré, il laisse découvrir une immonde bouche aux dents jaunes et à l’haleine fétide. Nos amis nous rejoignent et je ne peux m’empêcher de vomir une bestiole à huit pattes. Saeki a son œil rouge, Kengo a sa langue infectée de boursouflures et Ayumi ne ressent plus le froid … Nous décidons donc de quitter ce village de malheur. Malgré les chaînes entourant les roues, Kengo dérape après 5 kilomètres. L’essieu avant est mort. Nos états empirent. Deux araignées sortent de ma bouche en même temps, Kengo ne sait presque plus parler, Ayumi commence à avoir ses mains nécrosées, la seconde bouche de Kazuhiro bave de plus en plus et Saeki voit des choses de plus en plus effrayantes. Il ne nous reste plus qu’à retourner au village.
Nous ne savons pas grand chose … Les têtes auraient été tranchées à l’aide d’un laser industriel d’environ 100 kg, une usine abandonnée se trouve à proximité du village et le moine du temple n’est pas descendu depuis longtemps au village. Parmi ces différentes pistes, nous choisissons la dernière. En bas de l’escalier permettant de nous élever de 250 mètres, mes amis aperçoivent des feu-follets. Kazuhiro essaye d’en approcher un qui le brûle et le poursuit. Nous entreprenons donc de monter l’escalier en courant. Je devance largement le groupe, mais devant le Torii je perds tous mes moyens, celui-ci est gardé par ces esprits. Saeki me rejoint et tente de me sortir de ma torpeur. Finalement, elle me traîne à travers le Torii, aidée par Kengo qui a déjà sauvé Ayumi.
Une fois remis de la surprise causée par notre arrivée, le moine apaise un peu nos maux. D’après lui, un démon est à l’origine de ce mal. Ses recherches l’ont amené à l’hypothèse qu’une faille se serait ouverte entre notre monde et l’enfer depuis l’incident Kuro. Il nous dit aussi que les reliques des anciens combattants éloignent les esprits qui encerclent le temple. Nous nous saisissons des armes et tentons une sortie. Kengo, Ayumi et moi libérons un passage, s’en suit une nouvelle course jusqu’en bas. Chose étonnante, je vois Kazuhiro me dépasser … en roulant. Il se retrouve face à un énorme molosse plus grand qu’un bœuf avec qui il entame une discussion. Kazuhiro le pointe ensuite de son arme. Je viens alors à sa rescousse et tente d’écraser le crâne de la bête grâce à ma massue. Je rate mon coup, mon adversaire est trop vif. Il part, nous laissant ébahis. Sur le chemin, nous croisons Kengo évanoui. Nous le traînons derrière nous pour fuir les feu-follets. Arrivé au village, je vais chercher le médecin qui se saoule au bar et lui demande soigner au plus vite mes amis. Pendant que Kengo, toujours inconscient, et Kazuhiro se reposent, je pars avec mes deux amies voir le maire et l’inspecteur. Rien à faire, ni nous ni le moine n’arrivons à les convaincre que des événements étranges se produisent ici. Nous partons donc passer la nuit dans la clinique.
Le lendemain, la neige tombe toujours, je décide d’accompagner Saeki à l’enterrement de son père. Sa mère la gifle sans raison apparente, je n’apprécie pas du tout ce geste mais ça ne me regarde pas. Alors que la cérémonie prend fin, le maire s’écroule, étouffe et meurt. Les veines de son cou sont devenues saillantes. Nous préférons quitter les lieux. A la clinique, tout le monde a l’air horrifié avant même que nous leur annonçons la nouvelle. Ils ont trouvé un drôle de bonzaï puant chez le maire et Kazuhiro lui a fait perdre toutes ses feuilles. Je fais le rapprochement avec l’arbre d’ Onizuka et grâce à l’aide du moine, je comprends mieux la mort du maire. Ce bonzaï lui permettait de vivre plus longtemps mais en perdant ses feuilles, le possesseur meurt directement. Kazuhiro décide de l’enterrer dans le jardin. Si le vieux grincheux du village avait un objet aussi étrange, il devait être impliqué encore plus dans notre affaire. Nous recherchons donc son adjoint qui en saurait davantage. Étrangement, il reste introuvable, même chez lui. Nous décidons d’aller vers notre dernière piste : l’usine. Sur le chemin, nous voyons des traces dans la neige, des traces de béquilles, l’adjoint boitant est passé par ici. A l’entrée de du hangar où nous mène la piste, je me saisis d’une barre à mine. Je sens la rouille jusque dans ma bouche. Ceci en plus des araignées, j’ai du mal à supporter une nouvelle nausée. Nous entendons des bruits dans le sous-sol. Nous empruntons tous l’échelle sauf Kengo qui a la cheville foulée suite à notre précédente escapade. Une voix métallique … Nous apercevons l’adjoint essayant de frapper un androïde de chantier. Il ne veut pas le débrancher, ils avaient conclu un marché … Ayumi se propose directement pour déconnecter l’esclave robotique. Ceci fait, nous voyons trois têtes posées plus loin. L’adjoint nous explique qu’il a surpris la machine accomplissant son crime. Elle essayait de se libérer par ses actes. Elle devait rendre les jambes du vieillard contre la promesse que celui-ci la débranche. Nous décidons d’arracher la tête de l’androïde pour que personne ne puisse plus se servir de lui. Après quelques coups de barre de fer, la tête tombe. Nous laissons partir l’adjoint et sur le chemin du retour, notre état s’améliore. L’esprit démoniaque était donc emprisonné dans ce robot.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s