Warhammer – L’Ennemi Intérieur: Erreur sur la personne

Chapitre IV

(…)Après nos aventures dans les montagnes grises(ndr: voir le Seigneur des Liches), nous nous sommes mis en route vers l’Empire et la capitale impériale d’Altdorf. C’est là, en effet, que le prince Von Tasseninck recrute des aventuriers pour une mission bien payée. Après avoir rallié la civilisation, nous entendons poursuivre notre route en diligence. On nous renseigne alors un relais des Quatre Saisons appelé fort judicieusement « La Diligence », un peu au nord. 

Arrivés là, nous sommes presque renversés par un attelage qui quitte le relais, et entrons dans l’auberge attenante. Après avoir arrangé notre voyage avec les deux cochers, un repos s’impose. Je fait la connaissance d’une jeune noble et de sa suite, qui seront également du voyage vers Altdorf. Nous avons également remarqués que la consommation alcoolisée des deux cochers nous inquiète un peu, mais vous finirons par nous diriger vers nos chambres.

Le lendemain, la diligence est préparée à l’heure prévue, mais les cochers ont du mal à se lever et il me faut intervenir pour y mettre bon ordre. Mes compagnons devront se contenter du toit de la diligence car la jeune noble et sa suite ne tolérant que ma présence , celle du magicien et de celle la clerc de Shalya. Après un départ en douceur, la diligence prend enfin de la vitesse, en route vers la capitale !

Mais en chemin, nos cochers arrêtent l’attelage… Une scène étrange se déroule plus avant. Un mutant dévore un cadavre humain ! N’écoutant que notre courage, nous décidons d’ intervenir et le mutant est rapidement tué, mais ses congénères sont attirés par les bruits du combat, et l’affrontement est inévitable !

Après avoir vaincu nos ennemis, nous entreprenons de fouiller les lieux. Les corps proviennent d’une diligence, probablement celle qui a manqué de nous écraser la veille. Un des corps, richement vêtu, porte deux missives l’identifiant comme Kastor Lieberung, un homme important ayant hérité d’un baronnet du côté de Bogenhafen… Mais le plus étrange est qu’il ressemble curieusement à l’un d’entre nous, le forestier Falken. Rapidement, nous décidons de profiter de l’aubaine et de nous rendre sur place après avoir rejoint la capitale.( Je m’étonne moi-même de mes réactions mais peut-être est-ce du au fait que je porte l’arme démoniaque de Kemmler pour me battre!)

Le reste du voyage se déroule sans danger et nous arrivons enfin en vue des murs et des tours de la capitale, Altdorf. Son spectacle fascinant ne manque pas d’étonner ceux d’entre nous qui n’y ont jamais mis les pieds. Dans la cohue du débarquement, sur la Königsplatz, nous remarquons toutefois deux hommes qui observent Falken avec intérêt, lui faisant un signe étrange, mais ils disparaissent bientôt, réalisant sans doute leur erreur. Un autre personnage s’intéresse au groupe, mais disparaît à son tour. Après quelques démarches mercantiles(enfin mon armure en cotte de mailles!) et administratives, et après nous être rendus compte que le noble Von Tasseninck était déjà parti avec ses aventuriers grassement payés, nous décidons à nous reposer dans une auberge, près de l’Université. Là, deux jeunes nobles écervelés provoquent une bagarre, comptant sur l’appui d’un spadassin local, Max Ernst… Mais Otto, prompt à distribuer la mort, n’en fait qu’une bouchée. Avant que la garde n’intervienne, le jeune sorcier Vladimir lance un nuage de fumée qui nous permet de prendre la fuite. Le point de ralliement ? La péniche de Jozef Quartijn, rencontré plus tôt dans la journée, un vieil ami de Falken. Mais en route, Falken et moi-même sont poursuivis par les deux étranges personnes de la place… En tentant de les surprendre, nous sommes surpris à notre tour… Deux carreaux tirés d’on ne sait où mettent fin aux jours des poursuivants.

Jozef Quartijn nous offre le gîte et même une Couronne par jour pour l’aider sur le pont. Sa destination, Bögenhafen… Le climat d’Altdorf ne nous réussit pas, nous voilà maintenant recherchés et fugitifs….

Malgré une escouade de patrouilleurs ruraux, le voyage en péniche se déroule sans encombre jusque Weissbruck, un petit port sur le canal du même nom. Jozef compte y échanger de la laine contre du vin, qu’il revendra à son tour à Bögenhafen lors du Schaffenfest, la grande foire locale. Mais là, notre mystérieux arbalétrier semble nous attendre, mais disparaît aussi rapidement. La nuit, toutefois, il provoque l’enfumage de la péniche pour nous faire sortir et lance ses sbires sur nous… Le combat est bref et l’arbalétrier capturé. Il révèle une bien étrange histoire, prétendant que Lieberung est membre d’une société secrète appelée la Main Rouge, et qu’il le traque depuis Nuln. Espérant l’avoir convaincu de sa méprise, nous décidons de le remettre aux autorités. Le lendemain, le Bérébili se remettra en route vers Bögenhafen et son Schaffenfest!

merci à Genseric pour ses écrits…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s