Compte-rendu: Horreur à Arkham(2006)

Tel Randolph Carter, je suis passé dans un Autre-Monde !

Autant je n’avais pas accroché à la version précédente du jeu éditée à l’époque par Descartes, autant j’ai été conquis par cette « nouvelle » mouture du jeu, qui se passe encore et toujours dans la bonne ville d’Arkham, chère à H.P.Lovecraft. La version française date déjà de 2006 mais j’ai longtemps hésité avant de me lancer dans l’aventure !
Pour le moment je n’ai testé ce jeu qu’en mode 1 joueur mais le jeu m’a tout de suite plu, la chasse aux monstres et aux portails, les rumeurs, la collecte d’indices, et l’«Echelle du Destin » : l’ambiance et l’immersion furent totale.
Le jeu, est très prenant surtout pour les afficionados du Mythe de Cthulhu mais je l’avoue le Mythe je connais bien et je suis fan à la base, la cause était entendue dès le départ !
Même si ce n’est pas du jeu de rôle mais un bon jeu de plateau, on y joue également le rôle d’un investigateur avec ses compétences, sa résistance, sa santé mentale et son équipement.
But du jeu : Chaque personnage se déplace dans les 9 quartiers d’Arkham à la recherche de portails ouverts vers d’Autres-Mondes qu’il faut sceller afin d’empêcher la venue d’un des Grand Ancien !
Le mode solo permet de bien prendre en main le jeu et ses mécanismes mais on se rend vite compte qu’avec 1 seul personnage ça va devenir vite impossible (j’avais pris notre illustre Harvey Walters comme investigateur afin de faire la transition entre le JDR et le JDS, mais il a été dévoré par Yig lors de la bataille finale)
J’ attend de pouvoir tester le jeu à plusieurs afin de me faire une idée globale du jeu, du renouvellement des parties et du coté coopératif du jeu…
La note : 4/5(mode solo)
Allez donc aussi voir du coté du site de Kratos38 ou de Tric-Trac pour des aides de jeu.
Publicités

Une réflexion sur “Compte-rendu: Horreur à Arkham(2006)

  1. Je confirme que la première édition du jeu est une petite catastrophe. Je ne jugerai la seconde qu'après y avoir joué moi-même, mais si le principe reste le même, j'aurai toutefois une critique. Courir partout dans Arkham pour chasser des monstres et fermer des portails à gogo, ça fait plus hollywoodien que lovecraftien, selon moi. N'oublions pas que le Maître de Providence a principalement oeuvré sur le ton de l'indicible, pas du shoot-them-up…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s